Fichiers joints

Cliquez sur le fichier pour le télécharger

L'absence de visite de reprise : Un contrat de travail suspendu !

Fichiers joints

Cliquez sur le fichier pour le télécharger

-

CA TOULOUSE, 28 mai 2021, RG n° 19/01070 *

Par cet arrêt, dont l'infographie synthétique est téléchargeable, la Cour d'appel de TOULOUSE s’intéresse aux conséquences de l’absence de visite de reprise sur un licenciement prononcé quelque mois après.

En la matière, on rappellera que l’article R. 4624-31 du code du travail prévoit que tout salarié bénéficie d'un examen de reprise du travail par le médecin du travail dans les hypothèses suivantes :

  • Après un congé de maternité ;
  • Après une absence pour cause de maladie professionnelle ;
  • Après une absence d'au moins trente jours pour cause d'accident du travail, de maladie ou d'accident non professionnel.
Dès que l'employeur a connaissance de la date de la fin de l'arrêt de travail, il saisit le service de santé au travail qui organise l'examen de reprise le jour de la reprise effective du travail par le travailleur, et au plus tard dans un délai de huit jours qui suivent cette reprise.

Sur le fondement de cette disposition, la Cour de cassation juge, de manière constante, que le contrat de travail reste suspendu tant que la visite de reprise n’a pas été organisée et ce, peu importe que le salarié ait repris le travail entretemps (Cass. soc., 13 février 2019, n° 17-17492).

Le contrat de travail étant toujours suspendu, le salarié bénéficie de la protection attachée aux arrêts de travail pour origine professionnelle (accident du travail ou maladie professionnelle). Ainsi, selon l’article L. 1226-9 du code du travail, l'employeur ne peut prononcer un licenciement que s'il justifie :

Au cas présent, un salarié a été victime d’un accident du travail, le 14 janvier 2016, au titre duquel il a été en arrêt jusqu’au 17 avril 2016. Il a ensuite repris son travail sans bénéficier d’une visite de reprise auprès de la médecine du travail.

Plus de 10 mois après cette reprise, il a été licencié pour cause réelle et sérieuse pour différentes fautes. Ultérieurement, il a saisi les juridictions prud’homales en vue d’obtenir la nullité de son licenciement en l’absence de visite de reprise.

La Cour d’appel constate cette carence de l’employeur, ce que lui-même ne contestait pas. En revanche, l’employeur imputait ce fait à des difficultés de fonctionnement des services de la médecine du travail. De plus, il soutenait que le contrat n'était plus suspendu à la date du licenciement, la salariée ayant repris son poste depuis 10 mois et ayant poursuivi des soins sans arrêt de travail.

Sur ce point, la Cour précise que l’employeur ne peut s'exonérer de la procédure protectrice applicable au salarié victime d'un accident du travail en invoquant des difficultés liées au service de la médecine du travail ou la durée écoulée depuis la réintégration de son poste à la date du licenciement.

Elle en tire ainsi la conclusion que la salariée en question bénéficiait de la protection qui l'accompagne lorsque l'arrêt est d'origine professionnelle. Or, elle avait simplement été licencié pour cause réelle et sérieuse.

Elle juge donc nul le licenciement prononcé, ce qui ouvre droit au profit de la salariée à des dommages et intérêts d’un montant minimum de 6 mois de salaire.
​​​​​​​

***


N.B : On ne sait pas, au jour de la rédaction de ce billet, si l’arrêt est définitif et n’a pas fait l’objet d’un pourvoi en cassation.

Commentaires

Rédigez votre commentaire :

<% errorMessage %>
<% commentsCtrl.successMessage %>
<% commentsCtrl.errorMessage %>

Les réactions des internautes

a réagit le

<% comment.content %>

  • a réagit le

    <% subcomment.content %>

Répondre à ce fil de discussion
<% errorMessage %>
Aucun commentaire n'a été déposé, soyez le premier à commenter !